20 ans après Rio : le papier UPM en fait plus, avec moins

 

LES EMISSIONS DE CARBONE ONT DIMINUE DE 90 POUR CENT



(UPM, Helsinki, 20 Juin, 2012) – Le premier sommet de la Terre, organisé à Rio en 1992, a sensibilisé les entreprises à la nécessité d'emprunter la voie du développement durable, de créer davantage de richesses en utilisant moins de matières premières et de réduire l'impact environnemental de leur production. UPM a relevé ce défi et aujourd’hui notre papier en fait plus. Le cas du magazine The Economist le prouve.

UPM_Enviro_Economist_web_.jpg

« Aujourd’hui, 20 ans après le sommet de Rio, nous avons décidé de regarder en arrière et de voir quels sont les progrès que nous avons réellement réalisés en 20 ans » explique Jyrki Ovaska, Président du groupe d’activité Papier d’UPM.
UPM a choisi, pour illustrer les progrès réalisés, le cas concret du magazine d’actualités économiques de renommée internationale The Economist. Le magazine The Economist a été au cours de ces 20 années écoulées, quasi exclusivement imprimé sur du papier.

L'étude a montré que pour la production du papier utilisé pour The Economist, Les émissions de carbone ont diminué de 90 pour cent, la consommation d'eau a diminué de 35 pour cent et la quantité des déchets de production mis en décharge a diminué de façon drastique : 90 pour cent par rapport à 1992. S’ajoutent à ces résultats impressionnants, le passage de 0 à 100 pour cent de la part de fibres certifiées PEFC utilisées pour la fabrication de ce papier et l’obtention par nos usines, en 2007, de l’Ecolabel européen.

"En utilisant cet exemple nous pouvons brosser un tableau précis  et montrer combien l'empreinte environnementale du papier utilisé pour cette publication a évolué depuis le premier Sommet de la Terre de Rio. Nous avons nous-mêmes été surpris par ces résultats impressionnants », poursuit Päivi Salpakivi-Salomaa, Vice-présidente Environnement et développement durable d’UPM.

Pour y parvenir le groupe a réalisé d’importants investissements, dans les installations de traitement des eaux usées eu encore dans des installations performantes pour la production d’énergie renouvelable à partir de biomasse. Tout cela signifie que la production de papier est aujourd’hui plus efficace et nécessite moins d'énergie, moins d'eau, moins de déchets et a une empreinte carbone plus faible.

"Les résultats de l'étude de ce cas d’école montrer ce qui peut être accompli lorsque une entreprise intègre le développement durable au cœur même de son métier. Dans le domaine du papier, cela se confirme. Pour preuve, l’obtention de l’Ecolabel européen pour la quasi-totalité de la gamme des papiers UPM. Notre papier se définit véritablement comme étant la référence environnementale », souligne Jyrki Ovaska.
Pour de plus amples informations, vous pouvez contacter :
Päivi Salpakivi-Salomaa, Vice-présidente, Environnement, UPM
Tél. +358 2041 50396, courriel. paivi.salpakivi-Salomaa @ upm.com


A propos d’UPM

UPM mène l'intégration des industries bio et forestière pour créer un avenir nouveau, durable, et basé sur l'innovation. Nos produits sont fabriqués à partir de matières premières renouvelables et sont recyclables. UPM comprend trois groupes d'activités: Energie et pâte, Papier, et Matériaux évolués.  Le Groupe emploie environ 24 000 salariés et possède des unités de production dans 16 pays UPM réalise un chiffre d'affaires annuel de plus de 10 milliards d'euros. Les actions d'UPM sont cotées à la bourse d'Helsinki. UPM – The Biofore Company – www.upm.com


UPM possède 23 usines de papier modernes et durables en Finlande, Allemagne, au Royaume-Uni, en France, Autriche, Chine et aux Etats-Unis. Beaucoup d’entre elles constituent de grands centres de recyclage, ainsi que de production d’énergie et de papier. En 2011, le chiffre d’affaires net du groupe d’activité s’élevait à 7.2 milliards d’euros. Pour en savoir plus, visitez le site : www.upmpaper.com

Le Sommet Rio+20  en bref :
Du 20 au 22 juin 2012 le Sommet de la Terre 2012 se déroulera à Rio de Janeiro. Les objectifs de ce Sommet sont de s’assurer d’un engagement politique renouvelé en matière de  développement durable; afin d’évaluer les progrès réalisés pour atteindre les objectifs définis au niveau international et relever de nouveaux défis. Le Sommet mettra également l'accent sur deux thèmes spécifiques : une économie verte dans le double contexte de l'éradication de la pauvreté et du développement durable, et la définition d’un cadre institutionnel pour le développement durable.